Archives de catégorie : La création d’entreprise

Le début de l’activité

les début de l'entrepriseCréer son entreprise prend du temps avant sa création. On pense souvent que lorsque l’entreprise est créé on a passé le plus dur. Pourtant rien n’est moins vrai. Le plus dur ce situe après la création effective de l’entreprise, quand personne ne vous connait et que vous êtes attendu par personne, si ce n’est pas les concurrents qui se feront un plaisir de vous mettre des bâtons dans les roues.

L’importance de bien commencer son activité

Le début de l’activité est essentiel, car 50% des entreprises ferment leurs portes au bout de 3 ans dont 30% à cause de difficultés financières. Il est donc important de bien commencer.

Bien gérer les lourdes charges administratives

Vous pouvez l’installer dans votre domicile principal à condition que le bail vous l’autorise. Il y a aussi un local commercial, une pépinière d’entreprise, un centre d’affaires, un espace de co-working… Il faut aussi s’occuper de sa comptabilité ou faire appel à un expert comptable. Il faut choisir ses logiciels de gestion ou encore ses documents publicitaires, factures, gaz, électricité, eau, gestion des déchets, s’assurer…

Un seul mot, Vendre!

Une fois créée, il faut vendre, c’est le plus important. Bien sûr, il y a de nombreuses charges administratives à gérer (factures, documents, logistique…), mais vendre est essentiel. Le plan d’actions commerciales défini doit être mis en œuvre de manière la plus efficace possible. Les conseils sont de limiter les frais fixes, tenir le plan de trésorerie avec soin, connaître les prix de revient, contrôler la qualité des produits et surveiller les stocks qui ne doivent pas être trop importants.

Choix du Statut Juridique et Formalités de création

statut juridique et formalités de création

On pense souvent que pour créer une entreprise il suffit d’avoir une bonne idée. Et lorsque on a l’idée on veut aller vite pour ne pas se l’a fait piquer ou pour être le premier. Hors, il y a de nombreuses étapes administratives à suivre. Bien sûr, le gouvernement les simplifient de plus en plus mais il reste des étapes incontournables.

Statut Juridique

Il s’agit de déposer les statuts et donc de choisir entre les diverses possibilités de statut (entreprise individuelle, SARL, EURL, SAS, SA, autoentrepreneur….). Chaque statut présente ses avantages et inconvénients et leur intérêt dépend beaucoup de votre projet. En effet, cela dépend du nombre d’associés, et des besoins. Le SARL est le statut le plus souvent utilisé. Il est important d’être conseillé par des experts du domaine, comme des avocats. Nous ne pouvons faire de généralités dans le domaine, chaque cas est spécifique.

Formalités de création

Selon le choix du statuts, les formalités seront différentes.
Mais de manière générale, il faut se rendre au CFE (centre de formalités des entreprises) : récupérer une formulaire, le remplir et ajouter les pièces justificatives demandées. Ce CFE va ensuite dispatcher les informations aux divers organismes. L’INSEE vous attribuera un code APE et un numéro SIREN. En cas de création d’une société, les formalités sont plus importantes : rédiger des statuts, dépôt sur un compte bloqué les sommes que vous avez décidé d’affecter au capital de la société, faire enregistrer vos statuts au centre des impôts, nommer le représentant légal qui agira au nom et pour le compte de la société, publier un avis dans un journal d’annonces légales… Certains CFE proposent de faire les formalités de création d’entreprise sur Internet.

Trouver financements et aides

financements et aides

Le business plan a permis d’identifier les besoins d’argent dans un premier temps (financer la trésorerie, achat de matériels, locaux…). On arrive au nerf de la guerre, l’argent.

Les moyens de financement

Il y a un certain nombre de moyens de se financer :

  • piocher dans votre épargne (livrets, placements, épargnes salariales parfois bloquées mais qui peuvent dans certains cas être récupérées lors d’une création d’entreprise…)
  • demander de l’argent à vos proches
  • faire participer les éventuels associés de la future entreprise
  • demander un prêt d’honneur (Réseau Entreprendre, Initiative France…)
  • faire un prêt bancaire personnel (bancaire ou organisme de crédit à la consommation)
  • faire un prêt solidaire (Adie ou France active) : pour les personnes exclues des prêts bancaires
  • faire un crédit bail immobilier ou mobilier
  • faire appel au crowdfunding (plateforme de financement participatif)
  • utiliser le capital risques
  • trouver un business angels ayant envie de vous financer.
  • il y a aussi d’autres prêts ou subventions ou aides ( prêt d’État (Nacre), aide Pôle Emploi (ARCE), collectivités locales, fondations…). Afin de faire appel à des banques il faut avoir un business plan clair et bien ficelé.
  • Les projets innovants peuvent bénéficier de financements, il s’agit de se renseigner.

Les moyens de se financer sont nombreux, il s’agit de les connaître et de choisir celle ou ceux qui correspondent à son projet.

Les aides

Au delà des aides financières au financement de l’entreprise précisées ci-dessus, il existe de nombreuses aides.

Il existe de nombreuses aides à la création d’entreprises (financières, financement de prestations de conseils, d’exonérations sociales). Elles dépendent de beaucoup de conditions (géographiques, secteurs, investissement). Il y a aussi des aides d’entreprises sous conditions diverses. Il y a aussi des aides au recrutement de salariés, des aides en milieu rural, à l’innovation, les concours, les fondations, réservées aux femmes…

Il s’agit de s’informer auprès des organismes qui vous conseillent ou encore sur le site APCE qui est très bien fait.

Effectuer les prévisions financières

prévisions financièresIl s’agit de passer à l’étape chiffrée. Il faut faire une étude financière prévisionnelle. Il s’agit de vérifier la viabilité de la future d’entreprise. Les éléments financiers sont :

  • le plan financier : détermine la somme d’argent nécessaire pour financer le projet
  • le compte de résultat : s’assurer que l’entreprise va générer suffisamment de recettes pour couvrir toutes les charges (projet rentable?).
  • le plan de trésorerie : permet de savoir si l’entreprise peut se permettre d’être à découvert en attendant les délais de paiement des clients
  • le seuil de rentabilité : savoir à quel moment l’entreprise va réaliser des bénéfices
  • le plan de financement à 3 ans : permet de déterminer la solidité financière du projet

L’ensemble de l’étude de marché et des prévisions financières est appelé business plan.

Cette partie va prendre du temps. Vous aurez besoin d’aide, surtout si comme de nombreuses personnes, vous n’avez pas fait d’études de gestion ou que celles-ci sont bien lointaines. Cette étape est cruciale. C’est là qu’on verra si le projet est viable ou pas. Si il n’est pas viable en l’état, il est peut être possible de le modifier afin de le rendre réalisable.

Par la suite nous parlerons dans le prochain article du financement. Or ce financement dépendra que la qualité et de la pertinence des prévisions financières.

Réaliser une étude de marché

étude de marchéVous avez trouvé l’idée. Elle est claire et précise. A partir de là, il s’agit d’identifier les concurrents, les clients et les potentiels de vente, afin de s’assurer de l’intérêt et des chances de réussite du projet. Le but est de pouvoir identifier votre offre et votre stratégie afin d’atteindre votre chiffre d’affaires prévisionnel.

Dans un premier temps, il faut faire une recherche documentaire afin de recueillir des informations sur le secteur d’activité. Il peut être intéressant d’aller voir les organismes spécialisés. Puis il faut faire une étude terrain à l’aide de questionnaires et d’entretiens individuels, en allant voir les potentiels clients pour mieux les connaître ou encore les concurrents potentiels pour mieux identifier la concurrence.

L’étude de marché peut être faite soi-même ou par des organismes comme la CCI ou encore par des entreprises. Bien sûr, pour ces deux derniers, ce sera payant.

Le Plan D’affaires

Il faut répondre aux questions suivantes :

  • Description précise du produit ou service vendu
  • Clientèle : éléments clés du marché, la clientèle existe-t-elle déjà? Qui sont les clients potentiels? Quelles sont les caractéristiques des clients (âges, CSP, pouvoir d’achat, sexe, formation, localisation géographiques)? Quel est leur comportement (leurs besoins, leurs motivations d’achat)?
  • Politique de distribution : comment allez-vous vendre votre produit ou service (vente directe, détaillants, Internet…)? Allez-vous assurer vous-même l’aspect commercial (si non, comment? représentant, VRP…)?
  • Concurrents : quels sont leurs produits ou services? leur part de marché? leur forme juridique? leur localisation et champs d’actions? leur politique de prix? leur politique de promotion? leurs fournisseurs?
  • Votre stratégie commerciale : quelle sera votre politique de prix, de promotion, de communication? quels seront les points forts et faibles face à la concurrence?

Le méthode CANVAS

Il y a aussi la méthode CANVAS : qui sont vos partenaires clés? quelles sont vos activités clés? Quelles sont vos ressources clés pour fabriquer ce produit ou service? Quelle est la proposition de valeur (mieux, différent…)? Comment va-t-il y avoir relation avec le client? Quel canal de distribution sera utilisé? A qui allez-vous vendre? Combien va coûter votre projet? Comment allez-vous faire votre chiffre d’affaires?
En réalisant CANVAS, vous faites l’étude de marché et allez jusqu’à l’étude financière.
Vous pouvez vous renseigner auprès des CCI, de l’APCE, du Crédoc, Insee, CMA, Compass (payant)…
Le but de cette partie est de bien connaître le marché et de définir une stratégie marketing adaptée.

Valider le projet professionnel

valider le projet professionnelIl est indispensable de vérifier que l’objectif de création d’entreprise correspond à votre projet professionnel, il faut vérifier que vous êtes fait pour créer votre entreprise.

Définition de ses motivations

Il faut connaître vos motivations (est-ce que la création correspond à vos envies (indépendance, revenus, réussite professionnelle, tranquillité d’esprit, vie de famille, charge de travail, loisirs…). Il faut identifier vos contraintes professionnelles et personnelles (acceptation de votre famille ou non, contraintes budgétaires obligatoires, charges familiales…) et vos compétences (compétences techniques, de gestion, commerciales, d’organisation et animation d’équipe, autres expériences professionnelles utiles ou associatives, formations…) Tout cela a pour but de définir vos atouts et vos faiblesses.

Définition de ses compétences

Un chef d’entreprise doit avoir de nombreuses compétences (management, gestion…), il est donc intéressant de faire une bilan de compétences et si besoin de vous former sur les domaines où il vous en manque. Les bilans de compétences peuvent être fait grâce à des lives sur le sujet mais nous vous conseillons de le faire après d’un organisme qui a l’habitude de les faire (en utilisant les droits à la formation). De plus, après le bilan de compétence, il y aussi certainement des besoins de formation dans des domaines où vos compétences et connaissances sont insuffisantes. Ces formations peuvent vous être proposées par le pôle emploi (pour les chômeurs), des organismes parapublics (CCI, chambre des métiers…) ou de formation (école de commerce…). Chaque personne a des droits à la formation en fonction de la durée d’exercice d’un emploi salarié. Il peut piocher dedans pour se former. Il faut se renseigner afin de savoir combien d’heures vous avez droit en fonction du tarif demandé par les organismes et entreprises de formation.

Il faut aussi savoir si vous êtes fait pour être chef d’entreprise et pour cela les questions précédentes seront essentielles sans parler des questions sur l’aversion au risque…
La création d’entreprise est risquée, il faut s’assurer que vous ayez connaissance de ce qui va ou peut vous arriver, et que vous avez les capacités d’y faire face. Si tel est le cas, vous pouvez y aller sans crainte.

Trouver l’idée de création d’entreprise

trouver une idéeUne personne qui veut créer n’a pas forcément une idée. Si elle a déjà l’idée, c’est parfait, elle peut passer directement à l’étape suivante. Sinon, il faut trouver cette idée. Mais Comment?

Comment trouver l’idée?

Les moyens les plus courants de trouver des idées sont :

  • Observer ce qui vous entoure et analyser
  • Rechercher ce qui peut être amélioré
  • Noter ce qui complique la vie au quotidien
  • Noter ce que vous n’aimez pas faire
  • Consulter la presse de entrepreneuriat ou de l’innovation pour avoir des idées
  • Se renseigner sur les nouveautés en France ou à l’étranger

Le site APCE est à conseiller pour toute création d’entreprise quelque soit l’étape où vous êtes. Vous pouvez aussi ouvrir une franchise ou reprendre une entreprise.

Étudier et Valider l’idée

Afin d’être sûr d’avoir une bonne idée, nous vous conseillons de vous poser les questions suivantes : quoi vendre ? à qui? pourquoi? comment? à quel prix?. Nous vous conseillons aussi d’en parler à votre entourage et à des gens pour savoir si cette idée est susceptible d’être intéressante de leur point de vue.

L’idée ne peut pas être protégée. Par contre une invention, une marque, une création littéraire ou artistique, ou encore une forme peuvent l’être auprès de l’INPI.

Lorsque vous avez plusieurs idées et ne savez pas laquelle choisir ou que vous voulez approfondir vos idées, nous vous conseillons d’en parler à vos proches, ils auront des conseils à vous donner, mais aussi de se renseigner auprès d’organismes et associations capables de vous aider à ce stade de la création d’entreprise.

Créer son entreprise

créer son entrepriseLa création d’entreprise est à la mode. En effet, autrefois dévalorisée et mal aimée, c’est devenu un moyen de s’accomplir. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à vouloir créer leur entreprise. Le gouvernement français a bien compris que l’entrepreneuriat est autant un moyen de croissance pour le pays qu’un moyen de lutter contre le chômage.

Entrepreneur, un décision murement réfléchie

Devenir patron ne se fait pas à la légère. Il faut avoir la mentalité pour être son propre patron (motivation, persévérance, résistance au stress, autonomie, capacité à faire beaucoup d’heures de travail, avoir la capacité de gérer une période au cours de laquelle vous aurez moins de revenus dans un premier temps…) mais aussi être capable de trouver les moyens financiers et humains nécessaires.

Les secteurs porteurs

Bien que l’on puisse créer son entreprise avec succès dans tout domaine, les secteurs les plus porteurs en 2015 pour créer son entreprise sont :

  • les objets connectés
  • les services à la personne
  • la consommation collaborative
  • et bien sûr le Web

La création d’entreprise dans le Webmarketing

Dans le Webmarketing et l’E-commerce, on peut créer son entreprise pour plusieurs raisons, notamment :
– On peut créer car on est salarié dans le domaine du Webmarketing ou dans un E-commerce et qu’on veut faire la même chose tout seul en créant sa propre entreprise dans la même activité.
– On a une expertise en Webmarketing et on veut la vendre à des entreprises ou particuliers qui en ont besoin (création de site Web, référencement, autres actions de Webmarketing…)
– On a une idée de création d’entreprise liée avec le Web, souvent une idée innovante : nouvel usage, nouveau produit, nouveau service lié à Internet… Il y a de nombreuses opportunités dans ce domaine.

Quand on a l’envie de créer son entreprise, il y a souvent une difficulté à concrétiser cette envie. En effet, souvent l’insécurité du marché de l’emploi et l’inconnu de la création d’entreprise fait que la plupart des envies reste à ce stade.

Quelques conseils

Pour aller plus loin, nous vous donnons plusieurs conseils. D’abord, il faut en parler autour de vous, à vos amis, votre famille, vos connaissances. Ils vous connaissent, et peuvent avoir un avis pertinent sur votre capacité et vous dire ce qui pourrait pécher, voir sur quoi vous devez vous améliorer afin d’aller sur cet objectif. Ensuite, vous pouvez aller vous renseigner à divers endroits : le Salon de l’Entrepreneur (très intéressant pour recueillir des informations et avoir des conseils), participer à la demi journée consacré à la création d’entreprise de la CCI de votre région (gratuit), aller voir le site Web APCE qui vous aidera énormément pour trouver des informations. Lorsque vous êtes chômeur, vous pouvez demander la présence à un atelier pour donner les informations de base sur la création d’entreprise puis vous pouvez avoir un suivi de 3 mois dans un cadre d’un OPCRE afin de finaliser le projet de création. Si vous n’êtes pas chômeur, il existe dans votre ville, département ou région plusieurs associations dont le but est d’aider les futurs créateurs d’entreprise à diverses étapes de leur avancement (valider l’idée, réaliser l’étude de marché et business plan, trouver des financements…). Si votre idée de création d’entreprise est innovante, il existe d’autres associations ou concours qui vous aideront dans votre création. Il existe aussi un certain nombre d’aides financières destinées aux créateurs d’entreprise.

Un créateur d’entreprise n’est pas seul si il ne le souhaite pas, il peut donc bénéficier de l’un des suivi précédemment cité. Les chances de succès à 3 ans sont décuplées dès que le créateur est suivi par une association.

Nous parlons de la création d’entreprise, mais cela est presque pareil pour la reprise d’entreprise. Vous pouvez aussi bénéficier de conseils, de suivis et les informations sont pratiquement les mêmes.

Créer en France en 2015 est devenu valorisant et bien plus facile qu’avant. Créer dans l’univers du Web est facile tellement il y a d’idées encore inexplorées et d’autres déjà explorées mais non encore saturées. Il n’y a plus qu’à franchir le pas.